Des ruelles de Melaka aux gratte-ciels de Singapour

16 nov 2010

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Pas un grain ne finira à la mer. Et ce malgré deux heures sur un catamaran qui aurait pu être stomacalement fatal si les vagues n’avaient pas été plus rachitiques que prévuent. Un tout autre voyage qu’à l’aller… Après une nuit de bus, arrivée très matinale à Krabi où je comptais rejoindre rapidement Charlotte, une sympathique parisienne rencontrée sur la route. Mais mon visa me presse (plus que deux jours) et je trouve un billet intéressant pour la capitale malaisienne, Kuala Lumpur. Pas de pause, c’est parti pour une journée et une nuit de changements de bus en minibus, avec un arrêt à Hat Thai, la ville frontière qui peine à cicatriser les ravages des inondations. J’arrive enfin à 5 heures du mat dans la capitale malaisienne. Avec Pablo, Kim, Manuella et Sarah, rencontrés dans le bus, nous partons dans chinatown à la recherche d’une auberge. Une pause pour regarder la carte et… Paf, un conducteur fauche à pleine allure trois de nos sacs et, accessoirement, leurs propriétaires accrochés avec. Une belle voltige sans gravité plus tard, le même conducteur revient, escorté par quatre policiers, toujours au volant et encore avec plusieurs grammes d’alcool dans le sang. Il propose un dédommagement en espèces, s’excuse mille fois. Faut dire qu’il risque un retrait de permis. Et deux semaines, au minimum, de prison. Les « blessés légers » concernés préfèreront la monnaie au passage au poste, du coup, le jeune conducteur sortira une belle liasse de billets plastifiés… et repartira au volant, encore bien attaqué. Nous passons trois jours à Kuala Lumpur, qui n’a pas franchement d’intérêt, si ce n’est qu’on sent déjà une belle cassure avec le reste de l’Asie du Sud-Est.

On trouve sur place un très agréable mélange de cultures orientale, asiatique et indienne. Pays très majoritairement musulman, nous passerons plusieurs heures à la grande mosquée de la ville, plongés dans une discussion théologique à laquelle on ne s’attendait pas, assistant à une prière dans nos robes de « chasteté » et repartant le coran sous le bras… Le petit Allah ne me branche pas plus que le petit Jésus, mais on a quand même passé un agréable moment.

Et puis on retrouve cet agréable mélange des cultures dans un domaine primordial : la popote. Bon, c’est sûr, je continue à bouffer du  riz pour le troisième mois… Mais cette fois-ci c’est avec les doigts (et une dextérité légendaire) et surtout de nouvelles épices. Dans le domaine culinaire, Melaka sera un paradis. J’y pars avec Manuella et Sarah. Une ville plus qu’agréable où je compte prendre un ferry pour rejoindre Sumatra. Mais, pas de bol, la mer est encore trop agitée et ne compte pas se calmer de sitôt : les ferrys sont à quai pour au moins une semaine. Pas grave, on pourra s’attarder dans les ruelles de la ville où résonnent chaque soir les appels des minarets, mêlés aux prières qui émanent des églises, temples bouddhistes chinois et hindous. Sur place, nous rencontrons Stéphanie et Émilie, deux québecoises qui vadrouillent pour plusieurs mois sur le continent, à grands coups de « tantôt » et « coton-ouaté ». Je n’épargnerai pas Céline Dion.

Puis nous nous embarquons pour Singapour, l’ultra beaucoup trop propre ville-Etat. Chère, superficielle, occidentale… Même les  »fruits qui puent » -plus connus sous le nom de Durians- sont interdits dans le métro (et les impardonnables criminels risquent une amende de 5000 dollars). Un pet doit sûrement vous entraîner la peine de mort. Singapour c’est aussi et avant tout le paradis du shopping… Youhouu ! Et là, je faute. Je commets l’irrémédiable erreur. Celle de vouloir renouveler quelques affaires de toilette -qui en avaient bien besoin- pour bas prix avant l’Australie (si,si c’est vrai)… Sauf qu’amener une Espagnole et une Italienne dans un (trop) grand magasin, c’est vraiment une erreur de puceau des Carpates. Bref, heureusement que les hauts buildings éclairés, l’impressionnante Marina bay, et encore plus les bons petits gueuletons indiens et chinois permettent de se sentir encore à l’étranger.

>>> Les photos de Malaisie et de Singapour.

Publier un commentaire

*
*