Au coeur de la Sibérie

24 juil 2010

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Valeria m’attendait avec un petit panneau à la gare d’Irkoutsk. Elle parle un très bon français après seulement deux ans d’université, en roulant les « r » à la russe bien entendu. Pendant une semaine, j’étais hébergé chez son amie, Nastya. Une jeune ukrainienne qui a veillé à ce que je ne manque de rien. Et surtout pas de nourriture. Ni que j’évite de reperdre quelque chose, étant donné que quelques heures après mon arrivée, mon portable a décidé de m’abandonner…

Avec Valeria, nous avons passé les deux premiers jours à visiter la capitale de la Sibérie et ses maisons en bois, plus ou moins à l’abandon, en plein centre ville, bordant des monuments ou de grandes bâtisses en pierre. Sans oublier de perdre une matinée, administration oblige, entre le commissariat, la poste et une banque, histoire de me faire « enregistrer ». Cette si chère administration russe, qui oblige tout étranger à s’enregistrer dans chaque ville où il restera plus de trois jours. En résumé une perte de temps et d’argent. Le plus fou, c’est que même les russes y sont obligés : quelqu’un d’Irkoutsk se rendant à Moscou devra se faire enregistrer s’il reste plus de trois jours dans la capitale…

Enfin, le troisième jour, nous avons pris le bus direction Archan, en république Bourriate, à trois heures à l’Est du lac Baïkal. Trois heures de route où l’on se demandait si le petit bus tunning, bondé, n’allait pas se jeter dans chaque virage. Pour notre chauffeur, qui semblait à peine sorti de la puberté, peu importe l’état de la route. Le temps, c’est de l’argent, alors il roulait plein gaz sur les routes sinueuses, mouillées et crevassées, doublant sans visibilité en haut d’une côte, peu importe la ligne blanche. Alors c’est pas trop étonnant de voir son voisin s’envoyer de grosses gorgées de vodka pendant tout le trajet.

Arrivé à Archan, une petite ville au pied des montagnes, on a déjà l’impression de ne plus être en Russie. On se balade dans les rues et on demande aux habitants s’ils ont une chambre. Après deux visites, on tombe sur la bonne maison. Le soir, après une bonne après-midi de marche dans la montagne et un orage de grêle, direction le banya. Qui n’est pas le diminutif d’une boisson chocolatée, mais le sauna russe, installé à proximité. Traditionnellement, on y reste un certain temps et, l’hiver lorsqu’il a bien neigé, on part courir les fesses à l’air dans la neige. Là, on s’est contenté du bain, vu qu’il n’y avait pas de neige.

Le lendemain, retour dans le van tunning direction Gemtlshoug, soit « Les perles » en Bourriate. Un petit village au cœur de la vallée, entre le lac Baïkal et la frontière mongole. Visite, baignade dans l’eau de la rivière Irkoutsk. Puis retour en stop à Archan avant le départ, le lendemain, pour Sludianka, sur les rives Est du Baïkal. Sur place nous logeons chez l’oncle et la tante de Valeria qui, comme à l’accoutumée, sont particulièrement accueillants… Une gueule de bois plus tard, nous visitons le lac et ses alentours, ses plages de sable ou de galets, son eau turquoise et translucide. Sa brume qui se lève et disparaît en une paire de minutes. C’est tout simplement magnifique.

Enfin, après le retour à Irkoutsk, un dernier repas avec Valeria, Nastya et Yulia et une nuit blanche, je m’embarque pour le transmongolien. Un jour et une nuit de train avant l’arrivée à la capitale mongole où je rejoins Tsogto, mon guide pour le mois suivant. Cette fois-ci, dans le train quasi-identique à celui qui m’avait mené à Irkoutsk, c’est le grand bordel organisé. Partout de très volumineux paquets transitent constamment entre les wagons, sur des diables. Parce qu’à chaque arrêt, une foule de mongols se bouscule pour descendre du train afin de vendre le plus de vêtements, contrefaçons, poissons, possibles. Je prends part au convoi (sans avoir trop le choix). Mais je gagne un repas. Bien joué.

>>> Les photos de la Russie.

Publier un commentaire

*
*